Presse & extraits

En concert, Pascal Contet voit tout en noir

L'accordéoniste français propose cette semaine un étonnant concert dans l'obscurité totale. Pour mieux mettre en lumière les émotions ? (17 janvier 2017).

Pauline Oliveros, une accordéoniste dans le noir

Inconnue du grand public, l'accordéoniste américaine aura pourtant défriché des territoires musicaux dans une veine minimaliste proche de Terry Riley, et théorisé son approche de la "deep listening". Elle vient de s'éteindre à 84 ans, et son disciple Pascal Contet lui rend hommage (28 novembre 2016).

 

Extraits

Création mondiale de Cadenza n°2 de Bruno Mantovani
« Cadenza II pour accordéon et ensemble met sur le devant de la scène l’immense accordéoniste Pascal Contet, fidèle interprète à qui est dédié l’œuvre. Cadenza n°2 est un solo pour accordéon prolongé par 16 instruments nous dit le compositeur. L’Ensemble Instrumental confère l’aura spatiale du soliste via une écriture ciselée, inventive et énergétique. Pascal Contet allie puissance du jeu et virtuosité, déployée notamment dans une cadence très physique exploitant l’effet stéréophonique des deux claviers de l’accordéon. L’EOC ne démérite pas, sous le geste très investi de Daniel Kawka » Michèle Tosi, Resmusica

  Création mondiale de Cadenza n°2 de Bruno Mantovani
« C’est avec Pascal Contet que l’EOC propose la plus euphorisante des créations de ces six premiers jours. L’accordéon de la Cadenza no 2 de Bruno Mantovani, compositeur en résidence du festival, émet des signaux (accords, motifs, notes répétées) dont l’ensemble s’empare pour les amplifier, les développer ou les déformer. Cette façon de faire acoustiquement beaucoup avec peu, produit à de nombreuses reprises un rendu quasi électronique et une fusion organique du son ; elle rappelle l’une des qualités remarquables de la musique de Peter Eötvös, mentor du compositeur. Dans l’acoustique fortement réverbérante de la Collégiale de Briançon, la partie finale s’envole avec l’exultation des toms et de la grosse caisse, chargée d’une énergie euphorisante et soulignant en outre un sens aigu de l’efficacité formelle » Pierre Rigaudière, Diapason 

Opéra Akhmatova de Bruno Mantovani – Opéra National de Paris
« Un accordéon envoûtant (magnifique Pascal Contet) » Le Figaro

« Place à l’accordéon de Pascal Contet, dont le travail a métamorphosé le piano du pauvre » Le Monde
« Duo déjanté (Léandre et Contet)  et subtil » Le Monde, 2012

  « Un grand musicien » Cadences

  « Musicien exceptionnel » 20 Minutes

  « L’exceptionnel talent de l’accordéon est le nouvel artiste associé de l’Allan à Montbéliard », La Terrasse, 2008

  « Accordéoniste passionné et inventif » L’Alsace

Création du Karl Koop Konzert de Bernard Cavanna
L’orchestre symphonique est une usine où l’on joue du marteau et de l’enclume. Le Karl Koop Konzert, se dévoile. Il est sous-titré comédie pompière, sociale et réaliste pour accordéon et orchestre L’accordéon et l’orchestre cohabitent, se répondent, se chamaillent. Le troisième mouvement mime la grande pompe, désuète. On entend la fanfare, puis les cloches sonnent le glas. L’accordéon termine sa course à bout de souffle. Ce fut intense. » La Voix du Nord

Trio Contet / Corneloup / Chevillon
« Inclassable et imprévisible » La Voix du Midi

« Trois virtuoses (Contet, Chevillon, Corneloup)  pour une impro de haut vol » Flash Info

« Pascal Contet, interprète de Bossa nova, pièce pour accordéon seul dont le titre évoque les attaches populaires bien que le rythme correspondant ne conserve en rien son caractère hypnotique. Pascal Contet s’adapte avec une aisance confondante aux exigences des différents compositeurs avec lesquels il travaille. La pièce l’invite à déployer des timbres, des sons hybrides encore inouïs à l’ accordéon dans un jeu, aux extrêmes des registres et des durées, qui ne relève que fugitivement de la nature profonde de l’ instrument tel qu’il est connu, lors de certaines plages statiques et contemplatives qui conservent néanmoins une tension dynamique. » Conceronet.com

CD Manifesto – Monographie de Franck Bedrossian
« Pensée elle aussi pour le virtuose hors norme qu’est Pascal Contet, Bossa Nova (2008), la deuxième pièce soliste de cet album, transfigure l’accordéon que Bedrossian « attaque » sous tous ses angles : des sons subliminaux d’un registre aigu quasi électronique à la granulation mate du registre grave, l’instrument éructe, grogne, s’ébroue, frissonne dans une chorégraphie de gestes d’une étonnante plasticité » Michèle Tosi, Resmusica, juillet 2011 + tout l’article

Duo avec Barre Philipps à la Fondation Gulbenkian à Lisbonne
« Un moment de réelle poésie pure,sans amplification, avec un sens rare de virtuosité retenue, d’écoute mutuelle et d’interplay. Leur duo constitua assurément l’un des temps forts du festival » Improjazz

CD Nu
« Passionnant accordéoniste » Jazz Magazine, mars 2007

« Trio hors normes , hors catégories. Surprise et enchantement assurés » Jazz Magazine, mai 2007

« Musique ascétique et émouvante. Agitateur d’idées » Jazzman, avril 07
« On n’attendait pas moins d’exigence de ces trois personnalités aux parcours sans fausse note, si ce n’est celles choisies et assumées » Jazzman

« Un discurso distendido, aéreo-brumoso de inacabada apariencia. como creado a girones » Artal Portugal

« Magic-making masters » Downtown, New-York

  « L’un des meilleurs défenseurs de l’accordéon en France » Libération

  « Pascal Contet appartient d’ores et déjà à la légende de l’accordéon »
Portrait journal décembre 2007, La Croix

  « Touche à tout de génie » La Terrasse

« Aventureux » Télérama

 Les Inepties Volantes de et avec Dieudonné Niangouna
« L’accordéon de Pascal Contet le soutient et crie lui aussi d’une voix presque humaine » Télérama
« Une énergie particulière se dégage de ce duo de sons et de mots à bout de souffle et du bout des doigts » Télérama

  « Pascal Contet, une chance pour l’art et la scène » Diapason

Les inepties volantes de et avec  D. Niangouna
« Le temps de dire s’accorde à la musique de Pascal Contet dans une complicité intime » Vaucluse Matin

  « Passionné et inventif » L’Alsace

No Way Out
« No Way Out de Pascal Contet. Une envolée sublime » Accordéon et Accordéonistes

  « Figure majeure de l’accordéon » L’Est Républicain

« L’Orchestre National de Lille et Pascal Contet : la grâce rencontre l’innovation…accordéon raffiné. Étonnant musicien que ce Pascal Contet, souvent présent là où on ne l’attend pas…. Quelque peu insolite, ce rendez-vous a ,sans conteste, touché sa cible » Nord-Éclair

« Son jeu est avant tout sensuel, animé par le souci de la polyphonie tout en restant aérien et limpide. Un certain goût pour le zapping de styles qu’il développe sur quelques mesures, mais sans jamais glisser dans le convenu, il reste personnel, c’est du Pascal Contet » Frédéric Serrano

« Contet sounded, at times, like Philip Glass or Steve Reich meeting György Ligeti… In the same way that pianist Keith Jarrett is able to build pieces from a blank slate that have clear form and sense of purpose, Contet’s improvisations often sounded as if they were preconceived. » All About Jazz, Canada

  « Pascal Contet also mixed composition and improvisation for a recital that was masterful in both facility and form… the highlights of the festival » Cadence, États-Unis

  « Minimalisme serein, acidulé, dense à force de sobriété pour une précision calculée » Jazzaround, Belgique

  « La Sequenza XIII de Luciano Berio a trouvé en Pascal Contet un interprète d’exception, méditatif et inspiré » 24 Heures, Suisse

  Disque Freeway / Léandre-Contet
Cet album est un imist ! Un concentré d’intelligence immédiate et de lyrisme déchirant ! » Improjazz 2008

  « Duo déjanté (Léandre et Contet) et subtil » Le Monde, 2012